Natural in France: Kenoa’s HairStory

Standard

I'm not a fan of taking pictures of me!

Who am I?
I’m Kenoa, from the French hair blog www.kinkyfrizzycurly.blogspot.com. I was born and raised in France, in what people called the most romantic city in the world … Paris. Paris is like a big open museum. The center of Paris has great architecture and every spot is a reminder of the French History: Notre-Dame, Sacré-Coeur, Eiffel Tower, Arc de Triomphe.


However, what I like the most about France is the food! Croissant, baguette and little “patisseries” are what I miss the most when I’m abroad.

I’m from the French Caribbean. Most of us are of African descent, mixed with French Whites, who came to the island between the XVIth and XIXth century to make a fortune by making deported African slaves work for free in their agricultural plantations…

Ok… That’s it for the historical flashback; let’s go back to my story now…

Childhood:
I loved my hair ! As a kid, I was constantly told by my very-proud-to-be-Black family that my hair was beautiful. My mother would style my hair every morning and every evening with great pleasure, so much so that you could see sparkles of admiration in her eyes when she was combing it (maybe I’m exaggerating a bit, but that was the impression I had back then!!). So, I was really happy with my hair. Everything was perfect!!

Teen years:
I didn’t accept myself and started to relax my hair. As I grew up and had to go to school, I had to evolve outside of my “black community.” Things began to become tough when my classmates would make fun of my hair and make jokes about Black people. You have to know that in France, we don’t have strong anti-racism laws like yours in the US; everyone can just come and say almost whatever they want about your race and not be punished. Racist jokes are considered just that … jokes.

All of this started to really bother me at high school, since I was the only Black person in my entire class. I found it hard to accept myself. My “White” friends circle was clearly not accepting me the way I was!

As I was searching for acceptance I began to “crave” for a relaxer. My mum was of course fiercely against it. To reach an agreement, she brought me with her to the hairstylist to have my hair pressed. That first experience at the hairstylist was not pleasant at all! The lady was manipulating my hair like it was some old dirty clothes. I could see in her eyes that she was totally in despair. She was smiling, but her eyes were saying “Oh how will I be able to manage this?!?” Today, I think it was a funny situation, but at that time it was really embarrassing. Later, when I was 17, my mum gave up. I finally had what I wanted: A RELAXER!

Adulthood:
When I entered the corporate world, I relaxed my hair every 2 months. As you can guess, my hair started to break off, became very dry, thin, dull, with tons of split ends.

When I realized how damaged and ugly my hair was, I decided to learn how to take care of my relaxed hair properly. I discovered blogs like this one, read books and research papers about hair. But I had no intention of quitting relaxing. Not at all!

How my husband helped me with my transition:
Then came the moment when I had to relax my roots again. This time, my husband would not let me do it. He was talking about how it was a denial of myself, a denial of my origins and that I was much more beautiful with my natural hair. At the beginning, I was like, “Is he serious, it’s just hair?!” We really had many discussions about it, until I came to agree with him. Then, I made up my mind to transition to natural hair at the end of 2010.

I know making your partner accept your natural hair can be a problem for some girls. But a lot of men prefer natural hair by far. And if your lover really loves you, he should be able to accept the natural you!

Transitioning : A change of mindset?
At work, most of my colleagues are White and the days I was relaxing my hair, I always received lots of compliments. Relaxing my hair was more “socially” acceptable for them.

As soon as I realized I was rejecting myself by relaxing my hair, I was convinced that I would stay natural all my life. I don’t want to ever go back to relaxers again. I think that if we don’t stand up and prove that our hair is great and beautiful, nobody will do it for us. I want people like my co-workers to think differently. It’s our responsibility to make them know that thinking of kinky hair as less beautiful than straight hair is wrong. But, in order to be able to embrace that responsibility, we have to believe in the beauty of our hair.

I’m not an anti-relaxer/pro-natural activist though … don’t misjudge me .. I think everybody should accept themselves the way they are, without being afraid of what others think.

How is it like to grow natural hair in Paris?
Paris is a multicultural city. Paris is crowded! We don’t have as many options as Blacks in the US, but we can easily find products for Black hair, Black beauty shops and hair salons for Blacks. It’s not as easy for people living outside of Paris.

I would say the social life in Paris is less “community-centered” than in the US (I lived in the US for a year, and it seemed difficult to have friends outside your own community, much more than in Paris). However, Blacks are not well represented in politics, media and in the corporate world in France … much less than Black Americans are in their country.

Having heard of naturals and transitioners journies from both locations, it seems that we are facing the same issues: bad experience with hairstylists, low self-acceptance of kinky hair, difficulties being taken seriously with kinky hair, little knowledge of how to properly take care of our own hair, tendency to copy Caucasian standards of beauty …

What is particular in my journey is that, at the beginning, I liked my hair, like everyone should. Plus, my mother took good care of my hair. She was doing the right stuff: moisturizing my hair every day, washing it every week, cutting my ends from time to time, low-manipulation hairstyles, praising the natural beauty of my hair … And still, I had to struggle with the same issues as anyone who wouldn’t have had all that!

It only reveals that society has a big influence, especially on young adults. Despite my family support, I couldn’t resist the pressure from my classmates and co-workers. It’s important that we tell our children that they have beautiful hair, like my mum did. But it is also necessary that society changes its view on kinky hair. And this will come, I think, with more and more “kinky hair” people wearing their hair with pride.

FRENCH VERSION :

Qui suis-je ?
Je suis Kenoa, auteur du site pour cheveux crépus www.kinkyfrizzycurly.blogspot.com. Je suis née en France et j’ai grandi dans la ville que tout le monde qualifie de « ville la plus romantique du monde »… Paris. Paris est comme un grand musée à ciel ouvert. Le centre de Paris possède une architecture magnifique et chaque endroit est un rappel de l’histoire française : Notre-Dame, Sacré-Coeur, la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe…

Pourtant ce que j’aime le plus en France, c’est la nourriture ! Les croissants, la baguette et les petites pâtisseries sont les choses qui me manquent le plus quand je suis à l’étranger.

Je viens des Antilles françaises. Nous sommes de descendance africaine, mélangés à des blancs, venus dans l’île entre le XVIème et le XIXème siècle pour faire fortune en faisant travailler gratuitement des esclaves africains déportés sur leurs plantations.

Ok… c’est tout pour le flashback historique, retournons à mon histoire maintenant…

La petite enfance :
J’aimais mes cheveux ! Enfant, ma famille, très fière d’être noire, me répétait constamment que mes cheveux étaient beaux.

Ma mère les coiffaient tous les matin et tous les soirs avec grand plaisir, à tel point que je pouvais voir des étoiles d’admiration dans ses yeux quand elle les peignait (j’exagère peut-être un peu, mais c’est l’impression que j’avais à l’époque !). J’étais donc ravie de mes cheveux. Tout était parfait !!

L’adolescence :
J’avais du mal à m’accepter et j’ai commencé à défriser mes cheveux. En grandissant j’ai du aller à l’école et apprendre à évoluer en dehors de ma communauté noire. Les choses ont commencées à devenir difficiles quand mes camarades de classe se moquaient de mes cheveux et faisaient des blagues sur les noirs. En France, il n’existe pas de lois anti-racistes fortes comme les vôtres aux US. Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent sur votre race et ne pas être inquiétés. Les blagues racistes sont considérées comme des blagues normales.

Tout ça a commencé à vraiment me déranger au lycée, surtout que j’étais la seule noire de ma classe. J’ai alors eu du mal à m’accepter. Mon cercle d’amis blancs ne m’acceptait pas comme j’étais de toute façon !

En quête d’acceptation, j’ai commencé à « rêver » de défrisage. Ma mère était bien-sur contre. Le compromis que nous avons trouvé toutes les deux était de m’emmener chez le coiffeur pour me lisser les cheveux. Cette première expérience chez le coiffeur n’a pas été des plus agréables. La femme manipulait mes cheveux comme s’il était de vieux vêtements sales. Elle souriait mais je pouvais lire dans ses yeux le désespoir « comment vais-je faire pour m’occuper de tout ça ! ». Aujourd’hui je trouve ça marrant. Mais à l’époque c’était franchement embarrassant. Plus tard, à 17 ans, ma mère a lâché prise. J’ai eu enfin ce que je voulais : un DÉFRISAGE !

Une fois dans le monde du travail, je défrisais tous les 2 mois. Comme vous pouvez l’imaginer, mes cheveux sont devenus cassant, très secs, fins, mous et pleins de fourches.

Quand je me suis aperçue à quel point mes cheveux étaient abimés et moches, j’ai décidé d’en prendre soin correctement. J’ai découvert pleins de blogs comme celui-ci, lu des livres et des articles de recherche sur les cheveux. Mais, je n’avais pas du tout l’intention d’arrêter le défrisage !

Comment mon mari m’a aidé à transitionner :
Puis un jour, au moment de défriser mes racines, mon mari a insisté que je ne défrise plus mes cheveux. Il parlait de rejet de moi-même, de mes origines et du fait que j’étais beaucoup plus belle avec mes cheveux naturels.

Au début, j’ai pensé « il est sérieux là ? Ce ne sont que des cheveux ! ». On a eu de nombreuses discussions sur le sujet, et petit à petit je me suis mise à partager son avis. J’ai alors décidé de transitionner fin 2010.

Je sais que faire accepter à son partenaire ses cheveux naturels peut être un problème pour certaines femmes. Mais, beaucoup d’hommes préfèrent de loin les cheveux naturels. Et si votre amoureux vous aime vraiment, il devrait pouvoir accepter votre vraie nature.

La transition : un changement d’état d’esprit ?
Au travail, la plupart de mes collègues sont blancs. Les jours où je me défrisais les cheveux, je recevais pleins de compliments de leur part. Pour eux, le défrisage me rendait plus acceptable socialement parlant.

Dès que j’ai compris que je me rejetais moi-même en défrisant mes cheveux, J’ai été convaincue que je resterais naturelle toute ma vie. Je ne veux plus jamais retourner au défrisage. Je pense que si nous ne montrons pas que nos cheveux sont magnifiques et beaux, personnes ne le fera à notre place. Je veux que des personnes comme mes collègues pensent différemment. C’est de notre responsabilité de leur faire savoir que les cheveux crépus ne sont moins beaux que des cheveux raides. Mais pour ce faire, encore faut-il croire en la beauté de nos cheveux.

Je ne suis pas une militante pro-naturel / anti-défrisage. Je pense que chacun devrait pouvoir s’accepter comme il est, en dépit du regard des autres.

C’est comment de vivre avec des cheveux naturels à Paris ?
Paris est une ville multiculturelle. Paris est blindé de monde ! Nous n’avons pas autant d’options que vous les noires aux US, mais on peut facilement trouver des produits pour nous, des enseignes de beauté noire et des salons de coiffure spécialisés. Ce n’est cependant pas aussi facile pour celles qui vivent en province.

La vie social à Paris est moins centrée sur les « communautés » qu’aux US (J’ai vécu aux US un an et il m’a semblé difficile de se faire des amis en dehors de sa communauté, plus qu’à Paris). Par contre, les noirs sont moins bien représentés dans sur les scènes médiatiques, politiques et dans les entreprises que les afro-américains le sont dans leur pays.

Ayant lu les aventures capillaires de personnes des deux pays, la France et les US, il apparait que nous avons les mêmes problèmes : mauvaises expériences avec les coiffeurs, faible acceptation des cheveux crépus, difficultés à être pris au sérieux, peu de connaissance sur la manière correcte de prendre soin de nos cheveux, tendance à copier les standards de beauté caucasiens…

En effet, ce qui est particulier dans mon histoire, c’est que j’aimais mes cheveux au début, comme tout le monde devrait. De plus, ma mère a bien pris soin d’eux. Elle faisait tout correctement : hydrater mes cheveux tous les jours, les laver toute les semaines, tailler mes pointes de temps en temps, coiffures à faire manipulation, faire l’éloge de la beauté de mes cheveux…
Et pourtant, j’ai du faire face aux mêmes difficultés que quelqu’un qui n’aurait pas eu tout ce que j’ai eu !

Pour moi, c’est révélateur de l’énorme influence qu’à la société, surtout sur les jeunes adultes. En dépit du soutien de ma famille, je n’ai pas résisté à la pression de mes camarades de classes et de mes collègues. 
Il est donc important, non seulement de dire à nos enfants que leurs cheveux sont beaux, comme ma mère l’a fait. Mais, c’est aussi nécessaire que la société change sa perception des cheveux crépus. Et je pense que cela viendra quand de plus en plus de personnes porteront fièrement leurs cheveux crépus !

Advertisements

4 responses »

  1. Bon nuit et merci. Thanks for sharing your journey and it’s awesome that you have support for your transition.

    It was always a dream of mine to get to Paris after having studyied French in high school. Anyway, I had a great time when I went in 2005. Parisians were quite helpful; I’m guessing because they figured out that I was not a native speaker. I missed the fashion show at Printemps, but will certainly catch it on my next visit.

    Like

  2. Wouaw, it’s been a year ! It’s funny to read my words now… thank you Hairscapade !
    Sorry I hadn’t been more active regarding this post…having a baby, writting a book is quite time-consuming 🙂

    Like

  3. Démêler des cheveux sans après-shampooing ou ciseaux n’est jamais pris en compte lorsque vos cheveux commencent à s’emmêler, à faire des nœuds et s’abîmer. La première solution que la plupart des personnes prennent en compte est d’humidifier immédiatement les cheveux et utiliser un après-shampooing. Dans certains cas, cela a été, et est, une bonne solution. Cependant, lorsque les cheveux sont vraiment emmêlés ou abîmés – c’est la pire des solutions !

    Porter des tresses, extensions, dreadlocks, chignons pendant longtemps (plus de 4 semaines) peut vraiment être la cause lorsque les racines des cheveux commencent à s’emmêler à cause de l’accumulation d’huile et de poussière. Après avoir eu ce genre de coupes de cheveux, la plupart des femmes pensent qu’elles ont juste à faire un shampooing. Lorsqu’elles font ce shampooing, les cheveux se collent ensemble en une masse de cheveux emmêlés, de nœuds et de touffes.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s